• 9599 visits
  • 105 articles
  • 2287 hearts
  • 13903 comments

Introducing me ~♪ 22/07/2016

Introducing me ~♪


« Si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il aura un immense avantage dans la vie. »
- Roald Dahl

WELCOME IN A WORLD OF MY OWN ! ~

NEWSLETTER~ MON WEHEARTIT~ MON LIVRADDICT~ MON BOOKNODE~ MON CINENODE ~ MON INSTAGRAM ~ MON TWITTER

___________________
Introducing me ~♪
Introducing me ~♪
Introducing me ~♪


Merci à DisneyAnimated pour ces superbes avatars ! Vous pouvez participer à ses loteries ici ! ♥

WHAT ABOUT THIS BLOG ?

Bienvenue mes chers amis sur le blog Lunartic, géré par... votre dévouée Nanette ! (merci à ma Junie de m'avoir trouvée ce surnom affectueux). Ça, c'est mon surnom, parce-qu'on ne fait pas de chichis entre nous.

Depuis que je suis haute comme trois pommes, je suis passionnée de lecture et je me souviens qu'avant même que mes petits camarades de classe et de centre aéré sachent lire, c'était moi qui leur lisais et inventais des histoires dans lesquelles nous étions tous les héros.

Cet amour inconditionnel du livre s'est concrétisé définitivement à l'âge de sept ans, avec ma découverte de Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl. Après ce grand classique de la littérature pour enfants, bien des livres sont passés entre mains. Qu'ils m'appartiennent ou soient prêtés par ma bibliothèque municipale adorée, je les chéris tous comme s'ils étaient mes enfants.

Des enfants d'encre et de papier, soit, mais mes petits bambins d'amour quand même. J'en arrive à l'âge de dix-neuf ans (le temps passe si vite) et je me dis que cette passion ne me quittera jamais désormais, elle me colle trop à la peau.

Ma maman me répète toujours qu'avoir une passion est une bénédiction, une étincelle dans notre c½ur qui nous donne la force d'avancer, de croire en nous et de garder l'espoir, et que peu de gens en sont véritablement pourvus.

Dans tous les cas, je me sens extrêmement chanceuse d'avoir ma passion car elle me fait sentir spéciale et je la rends spéciale en retour en lui accordant tant d'importance et en la faisant luire comme un diamant précieux. Je vous souhaite ainsi la bienvenue sur ce blog consacré pour l'essentiel à mes chroniques livresques.

J'essayerai au mieux de vous convaincre d'embarquer dans de belles aventures littéraires que j'ai testées au préalable rien que pour vous. Alors, parés au décollage ?
 
↓ Musique(s) du moment



↑ Quand mon petit Kristian revient avec un nouveau titre, ça fait BAM !

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle. La beauté est un enchantement qui transforme l'existence. Nul ne peut vivre dans le vide. »
- Jean d'Ormesson

↓ Ma lecture du moment :

Introducing me ~♪


↓ Je fais des partenariats (SP) avec :

Gallimard Jeunesse ; Nathan ; Sarbacane ; Tallandier ; Akata ; Robert Laffont ; Persée ; Grasset ; L'Archipel ; Syros ; Gope éditions ;...

Introducing me ~♪


Montage : DressingCute ; habillage : WhiteLioness ; avatar et et gif d'introduction : la-belle-magie-de-disney ; gif ci-dessous : MxSelena-Gomez.

Introducing me ~♪


Gianluca vous souhaite lui aussi la bienvenue sur le blog... et avec son sourire angélique ! :)

La petite info du moment : Ca y est, le projet Kube avec la box 7-11 s'est concrétisé ! Si vous êtes intéressés par une superbe box littéraires pour vos enfants/cousins/petits-cousins ou pour n'importe quel enfant que vous connaissez, n'hésitez plus, c'est par que ça se passe !

« Don't grow up, it's a trap. »

Tags : Article d'intro

FICHE LECTURE : Trouble vérité 22/06/2018

FICHE LECTURE : Trouble vérité


• TITRE VO : Genuine Fraud.
• AUTRICE : e.lockhart.
• ANNÉE : 2017 (USA) ; 2018 (FRANCE).
• GENRE (S) : Contemporain, YA.
• THÈMES : Amitié toxique, suspense, mensonge, identité, revanche sociale, haine, désir, jalousie, psychologies complexes, tensions, romance, meurtre, drame, deuil, manipulation, liberté, briser ses chaînes, pression de la société, normalité/singularité, mener sa propre existence, mystère, enquête, course poursuite, déguisement, dissimulation, usurpation d'identité, délits, cavale, mensonges, fugue, caméléon, révolte identitaire...
• PAGES : 350.

DEUX HÉROÏNES FASCINANTES ET COMPLEXES.
Allez-vous les haïr ? Ou les défendre ?

Que fait JULE dans un hôtel de luxe au Mexique, avec une valise pleine de perruques, de maquillages et de déguisements ? Et où a disparu la mystérieuse et charismatique IMOGEN à qui rien ni personne ne résiste ?

Désir, jalousie, meurtre(s), romance et une amitié intense, de Las Vegas à New York, en passant par Londres et San Francisco.

RETROUVEZ L'ART VÉNÉNEUX DU SUSPENSE ET L'ECRITURE AIGUISÉE QUI ONT FAIT LA FORCE DE Nous les menteurs.

FICHE LECTURE : Trouble vérité


ஜ MON AVIS :

Tout d'abord, un grand merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour ce sublime envoi. Après l'exceptionnel Nous les menteurs, j'avais hâte de retrouver la plume absolument à couper le souffle d'e.lockhart. Le coup de c½ur a-t-il été de nouveau au rendez-vous ? Eh bien, ça aurait pu être le cas, car cette lecture à rebours s'est révélée haletante et captivante. Néanmoins, certaines choses m'ont chiffonnée...

A commencer par le personnage principal de Jule. Le résumé laisse à penser que ce sont deux héroïnes qui mènent la cadence dans cette histoire, un duo infernal composé de deux jeunes femmes presque indissociable l'une de l'autre. Ce n'est pas entièrement faux, loin de là quand on y réfléchit bien, sauf que c'est Jule qui a clairement l'ascendance sur Imogen. C'est Jule l'essence même de ce roman, la "vérité trouble". Ou la "fraude authentique" comme le suggère le titre V.O., qui est une fois de plus plus approprié au contenu du livre. Elle sait en effet bien tromper son monde et son second prénom pourrait tout à fait être, à mon humble avis, "confusion", ou "perplexité". C'est l'état dans lequel elle m'a plongée tout au long de l'histoire en tout cas. Tout l'intérêt du roman, c'est que rien n'est certain à son propos. Ni son passé, ni comment elle a été élevée, ni même son véritable prénom. A force d'en découvrir plus sur les affaires sordides de Jule, j'ai commencé à douter de tout concernant cette héroïne pour le moins atypique et diantrement complexe. C'était un sentiment extrêmement grisant et en même temps profondément perturbant, déroutant. In fine, je n'ai pas pu m'attacher à Jule car je savais que je ne pouvais PAS avoir confiance en elle.

Imogen, Immie pour les intimes, quant à elle, n'aurait pas dû laisser entrer le diable frappant à sa porte. A contrario de Jule, Imogen, elle, est limpide comme de l'eau de roche. Elle a des parents, des passions, des livres favoris, des amis, un petit ami, une vie à la fac et en tant qu'être humain normal... avant de mettre tout ça en stand by, son portable en mode off, et de se réfugier dans la maison de vacances familiale afin de ne plus subir la pression constante de cette société qui exige constamment de la perfection, en chaque chose, en particulier envers les gens de son milieu privilégié. Imogen peut paraître très irresponsable et pourrie gâtée mais, pour ma part, je l'ai comprise. J'ai moi aussi souvent envie d'échapper à toutes ces étiquettes qu'on me colle, à ces personnes que je n'ai pas envie de voir, à ces sources de stress ambiantes qui me rongent à petit feu. La vie est un combat souvent violent et injuste donc je comprends parfaitement pourquoi Imogen a voulu embrasser la vie plutôt que de l'étrangler par ses nombreux tracas. On est sur la même longueur d'onde, au fond. Imogen m'a offert l'échappatoire dont j'avais besoin.

Maintenant que je rédige cette chronique, je me rends compte du véritable intérêt de ce roman : de nous parler et de pointer du doigt les attentes trop oppressantes que la société place en nous, ce moule dans lequel l'on devrait tous entrer alors qu'en réalité, on aimerait juste être qui l'on veut, faire tout ce qu'on veut (dans la limite du moralement possible, bien sûr), avoir une liberté pleine et totale de vivre. Seulement voilà, Jule se révolte de manière pas du tout orthodoxe (c'est très contradictoire ce que je dis, j'en ai conscience). Je veux bien, moi, qu'elle dise "Fuck" à la société, qu'elle laisse éclater sa rage en paroles et en actes, qu'elle soit au centre de sa propre histoire, mais, très sérieusement, j'aimerais bien qu'elle consulte un psy parce qu'elle me fait peur et que c'est urgent. Certes, je peux comprendre qu'elle se sente étouffée dans une société qui n'a pas de place pour elle, dans un monde où elle s'est toujours sentie seule et abandonnée. Mais, à force d'usurper l'identité des autres à coups de perruques, de maquillage, de vols de permis de conduire et de passeports, et à force de plans diaboliquement manigancés de A à Z, elle en est passée à côté du vrai bonheur, qui était pourtant juste en face d'elle, à côté des maigres lueurs d'espoir de son existence qu'elle n'a pas laissé briller. En écrivant cela, je pense notamment à Paolo, un personnage que Jule va rencontrer au cours de ses pérégrinations mémorables. Si je rencontrais un homme aussi doux et apte à la tendresse, à la gentillesse et à l'autodérision que lui, je me jetterais à son cou direct. Au fond, je ne sais pas si j'ai véritablement saisi l'enjeu central du roman : est-ce que nous devons constamment nous échapper, fuir la réalité et ce monde à l'esprit si étriqué pour les personnes si singulières que nous sommes, avoir absolument une autre idée du bonheur et de qui nous devons être ? Sincerely, I don't know.

Pour conclure, je ne sais pas vraiment trouver les mots pour dire ce que j'ai ressenti au cours de cette lecture fort mouvementée. D'un côté, j'ai suivi avec frénésie les aventures de Jule, qui met en oeuvre tous les moyens pour prendre son destin en main et être aussi insaisissable que le vent. De l'autre, je ne cautionne absolument pas ses actes et je ne voyais pas où cela voulait en venir. Du moins, je pense l'avoir compris mais je ne l'approuve pas. Il semblerait que ce roman soit une catharsis de toutes les choses immorales et illégales qu'on s'interdit de faire afin de pouvoir encore se regarder dans le miroir mais que, parfois, on mourrait d'envie de faire. Là, j'ai envie de vous dire, heureusement que Trouble vérité n'est qu'un roman. Même si Jule existent en ce bas monde, j'en suis convaincue. Quant à la révélation finale, le retournement de situation qui vous scie les bras comme seule e.lockhart est capable d'en produire, je l'ai attendu avec impatience, à chaque page que je tournais, et j'avoue avoir été très surprise. Néanmoins, j'en suis quand même restée sur ma faim. Je vous recommande ce roman, chaque e.lockhart en vaut la peine, même si celui-ci ne m'a pas véritablement emballée.

Nanette

FICHE LECTURE : Trouble vérité


★★★★
Très bon roman

✓ L'écriture d'e.lockhart, qui nous embarque instantanément et qui nous réserve de sacrées surprises, comme seule elle sait en concocter, à chaque coin de page. On a à peine le temps de dire "ouf" que le roman est déjà fini. Cette plume si entraînante et ensorcelante que j'avais adoré dans Nous les menteurs est une fois de plus au rendez-vous !

✗- L'héroïne, manipulatrice, profiteuse, et j'en passe...
- Je ne me suis pas vraiment retrouvée dans ce récit... A part dans le personnage d'Immie, et encore...

« Elle ne savait plus si elle était capable d'aimer son petit c½ur tordu et écorché. Elle aurait voulu que quelqu'un d'autre le fasse pour elle, le regarde battre derrière sa cage thoracique et lui dise, Je vois au fond de toi. Je te vois telle que tu es, rare et précieuse. Et je t'aime. »

Tags : Fiche lecture - Gallimard Jeunesse - service de presse - Trouble vérité - E.Lockhart - 2018 - Contemporain - Young Adult - Amitié toxique - suspense - mensonge - identité - revanche sociale - haine - désir - jalousie - psychologies complexes - tensions - romance - meurtre - drame - deuil - manipulation - liberté - briser ses chaînes - pression de la société - normalité/singularité - mener sa propre existence - mystère - enquête - course poursuite - déguisement - dissimulation - usurpation d'identité - délits - cavale - mensonges - fugue - caméléon - révolte identitaire - Très bon roman

FICHE LECTURE : Les Amoureux de la Lune 22/06/2018

FICHE LECTURE : Les Amoureux de la Lune


• AUTRICE : Lizzie Felton.
• ANNÉE : 2018 (FRANCE).
• GENRE (S) : Contemporain, YA, fantastique.
• THÈMES : Romance, amour éperdu, grandir, changer, maturité, ouverture d'esprit, regard neuf sur le monde, Beauté, merveilleux, sensations, sentiments intenses, mystère, amitié, adolescence, drame, lumière/obscurité, secrets, peinture, inspiration, muse, art, splendeur, côte d'Azur...
• PAGES : 306.

A dix-sept ans, troquer sa vie parisienne pour suivre sa famille sur la côte d'Azur est un enfer pour Lucie. Pourtant, la jeune fille y intègre bien vite le cercle de la jeunesse dorée locale, qui l'initie à l'effervescence nocturne, où l'alcool coule à flots, les rencontres sans lendemain se succèdent et l'insouciance adolescente rayonne.
Mais lorsque Lucie rencontre Ulysse, le monde de la nuit prend un tout autre visage sous le regard azur de ce jeune peintre. Malgré les avertissements de ses nouveaux camarades, la jeune fille est attirée par ce mystérieux artiste qu'elle ne croise qu'à la nuit tombée, lui qui voit dans les ombres des couleurs que personne ne décèle, une magnificence que tout le monde ignore, une fascination pour l'astre argenté.
Lui qui voit et révèle en elle cette même beauté invisible...
S'épanouissant avec Ulysse dans la nuit, comme une fleur au soleil, Lucie est alors emportée par un tourbillon d'émotions, un amour de la Lune qui changera à jamais sa vision de la vie.

FICHE LECTURE : Les Amoureux de la Lune


ஜ MON AVIS :

Tout d'abord, je tenais juste à remercier Lizzie Felton d'avoir écrit ce somptueux roman et de me l'avoir si gentiment dédicacé. J'ai pris un réel plaisir à le dévorer.

En commençant ce livre, j'étais pourtant un peu inquiète car la personnalité de Lucie ne correspondait pas du tout à la mienne et ne me plaisait donc absolument pas. C'est simple : au début de l'histoire, Lucie est habituée à ce que ses parents fortunés disent « Amen » à tous ses caprices et passent l'éponge sur tout ce qu'elle fait de mal. Et pour le coup, des mauvaises actions, Lucie semble en commettre des tas, sans les assumer et, surtout, sans se rendre compte de leur gravité. Autant vous dire que cela démarrait sur les chapeaux de roues entre nous deux. Cependant, je sentais bien que Lucie était bien plus qu'une fille des boîtes de nuit à la cuillère en argent dans la bouche (en dehors du fait que son changement à venir soit indiqué dans le résumé du roman, humhum).

« Mourir au creux des bras d'Ulysse lui avait semblé être un moindre mal. Mourir au creux de ses bras semblait être un fin plus plaisante - plus plaisante du moins que ce réveil qui la confortait dans l'idée de l'avoir perdu à jamais. »

Même si je savais que cette évolution allait se produire, rien ne peut prévoir la rencontre directe entre un personnage et un lecteur. C'est si particulier et précieux comme moment à vivre. Celle que j'ai vécue avec la véritable Lucie, à fleur de peau et rayonnante sous la lumière de la lune et le regard d'Ulysse, fut extrêmement agréable. A vrai dire, Lucie a été ma plus belle surprise de tout le roman. Au contact de la Beauté à l'état pur d'Ulysse, elle va se rendre compte de sa vraie valeur et s'épanouir comme la plus magnifique des fleurs. J'ai été profondément touchée de la voir ainsi grandir et être capable de s'émerveiller face aux choses élémentaires, les plus importantes, de quitter ce monde de matérialisme, de paillettes et d'illusions déçues à coups de beuveries et de musique techno forte. Certes, Lucie va longtemps devoir faire semblant d'appartenir à cette "jet-set" adolescente, mais elle sait désormais qui elle est, et elle va apprendre à s'aimer et à se respecter autant qu'elle va être baignée dans l'amour sans bornes qu'Ulysse va lui apporter...

... un amour extraordinaire, qui m'a transpercé jusqu'aux os et qui, en véritable flèche de Cupidon (qu'on devrait rebaptiser sur-le-champ flèche d'Ulysse), a été tout droit jusqu'à sa cible, sans détour. Le sort que ces deux amoureux m'ont jeté est irréversible et je dis tant mieux. Je ne veux pas en être délivrée, non, vraiment pas. Vous savez, ce roman est classé dans la collection Cheshire des géniales éditions du Chat Noir, à savoir : la catégorie "fantastique" et "Young Adult". Je ne veux pas vous gâcher la surprise de la saveur exquise de voir le monde et l'Amour à travers les yeux d'Ulysse, alors je ne vous conseillerai qu'une chose : n'enfermez pas votre esprit dans vos fantasmes et vos préjugés. Et rappelez-vous que la vraie vie peut être bien plus incroyable, merveilleuse et surprenante qu'on ne pourrait le penser.

« - C'est gentil, mais j'ai pas mal de lecture. Je vais me poser avec un bouquin.
- Avec un bouquin ? répéta Achille, incrédule. Ça remonte pas le moral, ça ! Moi je remonte le moral, par contre ! Les rouquins, c'est mieux que les bouquins. N'oublie jamais ça Lucie. Jamais ! Enfin... non pas que je sois tout à fait roux, mais un peu quand même...
Lucie s'esclaffa. Ça faisait très longtemps que ça ne lui était plus arrivé, si longtemps qu'elle en eut mal aux mâchoires. Achille avait beau avoir un humour qui laissait à désirer, il avait toujours le mot pour rire. Les gens comme lui étaient des trésors. »

A commencer par l'existence d'un garçon tout bonnement exceptionnel prénommé Ulysse. Je sais d'ores et déjà ce que vous allez me dire : qu'Ulysse n'est qu'un être de papier et d'encre, et non une personne réelle. Dans le cas présent, il serait plus judicieux et approprié de comparer mon petit chouchou d'amour à une oeuvre d'art vivante. Dès que j'ai posé les yeux pour la première fois sur son autoportrait, j'ai su que j'étais irrémédiablement envoûtée comme avec Dorian Gray, les vices et l'âme vendue au diable en moins... Quoique... Tout comme Lucie, j'aurais été prête à vendre mon âme pour suivre Ulysse jusqu'au bout du monde. Ce garçon à la beauté presque irréelle, au point qu'on s'en pincerait d'émerveillement à chaque fois, et à la magie dans le sourire, la voix, le regard et jusqu'au bout des doigts, a su totalement capturer mon c½ur. Je ne suis pas prête à le lui réclamer par ailleurs, car je le sais entre de très bonnes mains. D'excellentes mains même, les meilleures qui existent. Et je suis persuadée que de telles perles d'êtres humains existent sur cette Terre, si on prend le temps et la peine de les dénicher et d'ouvrir grand les yeux et notre c½ur.

Les parents d'Ulysse, Catherine et Edouard, m'ont aussi beaucoup touchée. Alors que les autres habitants de Beaurepaire, ce paradis de la French Riviera, passe leur temps à les juger sur leur mode de vie très retiré, Catherine et Edouard arrivent à dépasser au quotidien le qu'en-dira-t-on afin de se concentrer sur l'essentiel, le plus important et capital : préserver leur fils unique coûte que coûte et assurer son bonheur. Leur amour pour leur enfant adoré est si palpable qu'il a pas besoin de mots pour s'exprimer. Il est, c'est tout. Et il nous submerge, des pieds à la tête. Oui, c'est ce que je dirais : ce roman nous submerge, nous enveloppe d'Amour sous toutes ses formes.

« Les gens qui pensent pouvoir tout contrôler sont fous. On a beau dire : "dans un an, je ferai ci, je serai là, avec telle personne, dans tel endroit", ce n'est qu'une chimère. Il est impossible de tout prévoir à l'avance. Certaines choses se jettent parfois en travers de notre chemin sans que l'on ne puisse rien y faire. En revanche, je crois que le choix du bonheur revient à chacun de nous, peu importe la situation et peu importe l'histoire. »

Ce livre aura vraiment réussi à me faire passer par une palette d'émotions très variées et intenses. Alors que j'avais déjà une vision du monde très semblable à celle d'Ulysse, ce dernier a accompli l'exploit de faire écarquiller mes yeux tout grands face à la magnificence éclatante des couleurs qu'il utilise pour peindre son univers si singulier, pur, immaculé de toutes les immondices de notre réalité et de nos pensées, une bulle cotonneuse et rayonnante de mille éclats de bonheur et d'amour qu'on ne voudrait jamais quitter. Vous vous imaginez donc bien qu'en en arrivant aux pages de l'épilogue, j'en avais le c½ur lourd, l'estomac tout retourné et les jambes en compote. Cependant, un sourire radieux s'est également dessiné sur mes lèvres lors de ce moment fatidique, car je ne regrettais rien de ce que j'avais vécu. Non, rien de rien.

« Le garçon avait un pouvoir incroyable : il rendait les gens meilleurs, les choses plus belles, les couleurs plus vives. Il tissait du rêve, insufflait de la joie, décuplait les émotions. Et il avait dit un jour à Lucie « Tout change, tout bouge, tout se transforme ». Ainsi, il lui avait appris à porter sur le monde un regard différent, infiniment plus poétique, mais c'était surtout elle, dans son entièreté, qui se sentait métamorphosée, à présent...
Il avait été le cocon qui avait permis à la chenille de devenir un papillon. »

Cette aventure aux côtés de Lucie et d'Ulysse fut véritablement extraordinaire. Elle fut en effet si pleine de vie, de lumière mais aussi de tourments et de souffrances qui n'ont pas pu être épargnées à nos personnages adorés. Elle finit aussi sur une belle touche d'espoir qui ravive une fois de plus la flamme dans nos c½urs. Même si j'ai quitté les rivages de Beaurepaire, ce quartier d'apparence si sélect, froid et superficiel qui a pourtant abrité l'amour le plus vrai et le plus ardent, la lumière de son phare, la lumière qui émane d'Ulysse et de Lucie, ne cessera jamais de me ramener vers cette seconde maison.

Je suis ravie d'avoir pu découvrir la plume fluide, coulant comme de l'eau de source épurée, et poétique de Lizzie grâce à ce premier roman. En plus d'être chanteuse de rock féminin trop stylé auprès de Félize LeNoir au sein du duo Tybalt et Mercutio, elle est aussi une jeune autrice bourrée de talent. Il me tarde de dévorer également ses prochaines ½uvres.

Vous l'aurez sans doute compris, ce one-shot (eh oui, ce n'est pas le début d'une énième saga, alors qu'attendez-vous pour foncer ?) m'a complètement séduite. Ce n'est qu'un au revoir que j'adresse à ma chère Lucie, à mon Ulysse d'amour, à l'attendrissante Marie, la meilleure amie nonchalante et tout feu tout flammes qui va se révéler être pleine de mystères, sensible et attentionnée ; au formidable Achille, toujours là pour ses amis ; et au ténébreux, arrogant, mais aussi généreux, à la carapace fendillée, Diego. Les Lovelasse ont tout intérêt à me réinviter séjourner dans leur splendide demeure car je relirai ce roman sans hésiter, et avec un immense plaisir !

Nanette


FICHE LECTURE : Les Amoureux de la Lune


★★★★★
Une excellente lecture, une exquise découverte !

✓ - Lucie et Ulysse, mes petits chéris, ils entrent dans mon top de couples fictifs favoris direct !
- Tout l'amour que Lizzie Felton prodigue à ses personnages, qui sont comme ses "enfants", même les adultes. Telle une mère, elle se montre chaleureuse, compréhensive, ferme aussi. Cela en rend l'écriture d'autant plus délicieuse.
- Le beau et puissant message de vie qui est délivré, alors que le lecteur s'attend à ce que l'histoire prenne une direction toute différente, diamétralement opposée, et n'ait pas une telle ampleur.
- Les divers personnages, en particulier secondaires, se révèlent être plein de surprises. Le mur que chacun a érigé pour éviter de souffrir se désagrège petit à petit, grâce à l'amour de Lucie et Ulysse, qui agit tel un remède.


✗ - Les scènes de beuveries entre adolescents, réalistes (trop, même...), mais qui servent plus de repoussoir pour magnifier la beauté et la pureté des scènes Ulysse/Lucie qu'autre chose. J'avoue, je pinaille, mais je ne savais pas quoi dire d'autre de négatif, pfff... C'est embêtant la perfection, hein ?

« Lucie avait l'impression de recouvrer la vue après dix-sept années passées dans le noir. C'était comme si elle percevait enfin le monde, ses trésors et ses beautés cachés, pour la première fois de sa vie en dix-sept ans. Pour la première fois aussi depuis qu'elle était arrivée à Beaurepaire, les terrasses bondées de monde et éclairées par les lampadaires de la ville ne lui manquaient plus du tout.
- La nuit. Ses couleurs. Sa lune et ses étoiles. Ses jeux d'ombre et de lumière... Tout cela, c'est mon quotidien. »

Tags : Fiche Lecture - Editions du Chat noir - Lizzie Felton - 2018 - Littérature française - Collection Cheshire - Young Adult - Fantastique - Romance ♥ - Contemporain - amour éperdu - grandir - changer - maturité - ouverture d'esprit - regard neuf sur le monde - Beauté - merveilleux - sensations - sentiments intenses - mystère - amitié - adolescence - drame - lumière/obscurité - secrets - peinture - inspiration - muse - art - splendeur - côte d'Azur... - Excellente lecture !

FICHE LECTURE : Les Sorcières du clan du Nord ~ T2 : La reine captive 15/06/2018

FICHE LECTURE : Les Sorcières du clan du Nord ~ T2 : La reine captive


• TITRE VO : The Hawkweed Legacy.
• AUTRICE : Irena Brignull.
• ANNÉE : 2017 (GRANDE-BRETAGNE) ; 2018 (FRANCE).
• GENRE (S) : Fantastique.
• THÈMES : Amour, amitié, sorcières, forêt, vie urbaine, paranormal, passé, séquelles, traumatisme, souffrance, douleur, déchirement, révélation, drame, deuil, envol, liberté, pouvoirs, fantômes, prophétie, maternité, secret, destinée, rivalité entre clans, quête identitaire, magie, société matriarcale, traditions, fardeau, possession...
• PAGES : 368.

Ma chronique du tome 1 : ici.
/!\ Attention, le résumé ci-dessous spoile des éléments du tome 1 /!\

Certaines histoires d'amour ne s'oublient pas. Certaines amitiés résistent à la distance. Et certains ennemis ne meurent jamais... Irena Brignull signe une suite envoûtante.
Alors qu'elle doit devenir reine des sorcières, Poppy s'est enfuie en Afrique. Là-bas, elle est retenue prisonnière par Mma, une guérisseuse, jusqu'à ce que l'amour de Léo la rappelle à lui. Tiraillée entre ses sentiments et son destin, le retour de Poppy est loin d'être simple... D'autant que le fantôme de Crécerelle rôde toujours et attend de se venger. La lutte pour le trône n'est pas encore achevée.

Scénariste, Irena Brignull a écrit l'adaptation au cinéma du Petit Prince, réalisée par Mark Osborne.

FICHE LECTURE : Les Sorcières du clan du Nord ~ T2 : La reine captive


ஜ MON AVIS :

Tout d'abord, un grand merci aux éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir fait l'agréable, la ravissante même, surprise de m'avoir directement envoyé le tome final de cette duologie. Je suis extrêmement touchée de cette attention. Merci infiniment !

Ce que j'ai beaucoup, beaucoup (beaucoup !) aimé dans ce tome-ci, ce sont pour commencer ces plongées fréquentes dans le passé, qui sont très bien réalisées et qui permettent de mieux comprendre le comportement des divers personnages de l'intrigue dans le présent, au fur et à mesure des révélations qui sont délivrées au lecteur. Là où le tome un n'était presque essentiellement que linéarité, son successeur, au lieu de nous perdre et de nous plonger dans la confusion et la perplexité la plus totale avec ses nombreux flashbacks, apporte une nouvelle dynamique à l'histoire. A chaque pièce du puzzle qui s'imbrique, tout devient plus clair mais aussi plus captivant car c'est alors un autre mystère qui s'offre à nous, et ce jusqu'au dénouement final. Irena Brignull sait définitivement nous tenir en haleine et, encore une fois, sa réflexion, sa structure narrative, la tessiture de son récit et sa façon de procéder en tant que scénariste se ressentent fortement. Je verrais totalement la saga Les Sorcières du clan du Nord adaptée en deux volets cinématographiques, ce serait le genre de films tout public, pour toute la famille, de sept à soixante-dix sept ans, mais avec une petite profondeur et noirceur de plus qui ne le rendraient pas entièrement compréhensible de tous, que je courrais voir dès sa sortie (cette phrase était d'ailleurs très longue, j'ai eu l'impression d'écrire un marathon en l'écrivant). Néanmoins, là où je ne voyais que cet aspect scénaristique dans le premier tome, j'ai l'impression que ce tome deux est l'équivalent d'un conte oral mélangeant récits et traditions ancestraux, la nuit des temps et temps moderne, et ce progrès dans l'écriture m'a énormément plu.

Le personnage-clé de cette intrigue fait une entrée bouleversante et des plus captivantes dans cet univers de société matriarcale instaurée entre s½urs sorcières aux traditions profondément ridicules, rétrogrades et ancrées. On en découvre plus sur ce mode de vie qu'ont les sorcières, uniquement entre femmes, depuis la nuit des temps et sur leur rejet obtus, sans même qu'elles sachent elles-mêmes véritablement pourquoi, de ce qui incarne la différence à leurs yeux de femmes à l'esprit étriqué, à savoir : les mâles et les êtres dépourvus de magie (oui, nous, pauvres mortels), tous deux des aberrations de la nature selon elles. Leur injustice effarante et leur cruauté sans limites, c'est Badiane (le personnage dont je parlais plus haut) qui en fera les frais et c'est à travers la façon dont elle est traitée par ses paires qu'on se rend véritablement compte que la manière de raisonner des sorcières est totalement infondée, anormale et malsaine. J'ai adoré les passages dans le passé où on apprenait à découvrir, connaître cette jeune femme proche de la nature, à l'esprit aussi libre que son faucon adoré volant tout haut dans le ciel, au-dessus des nuages gris de la colère des sorcières, et à l'humanité juste magnifique qui ne survivra malheureusement pas à un tel orage. En effet, cette pureté si touchante et précieuse sera irrémédiablement brisée par des sorcières au c½ur de pierre de la trempe de l'infâme Crécerelle (oui, encore celle-là ! Qu'elle est casse-bonbons !). Cela m'a fait horriblement mal de voir ainsi Badiane souffrir, mais cela était nécessaire pour que tout se fasse jour dans ma tête (rassure-toi Badiane, j'apprécie le sacrifice, vraiment) : les sorcières, leurs coutumes et leur mentalité, le comportement des personnages, leur passé qui ne passe pas et qui restait jusque là un mystère entier. Tout s'éclaire et s'imbrique ensemble avec un rythme si bien calculé et maîtrisé qu'on ne peut que tourner une page après l'autre, impossible de s'arrêter. Pour tout vous dire, ce livre m'a fait mes sept heures de trajet de train du sud vers le nord (le nord des sorcières, tiens !) et je l'en remercie infiniment : je ne me suis pas ennuyée un seul instant et j'en ai même eu la boule au ventre de refermer le livre tant j'avais vécu une belle et grande histoire. Avec son lot de souffrances, certes, mais cela n'en a rendu le dénouement final que plus grandiose à mes yeux.

Cette lecture aura réussi à m'emmener dans des contrées lointaines géographiquement parlant, avec la migration fort mouvementée d'une hirondelle bien particulière en Afrique, mais elle m'aura fait plonger également dans les méandres d'un passé aux nuages bien noirs à l'horizon. Cependant, n'oubliez jamais qu'une éclaircie finit toujours par percer l'obscurité... Gardez bien cela à l'esprit, c'était le conseil de votre miss météo d'un jour. Le dépaysement, vous l'aurez compris, aura donc été total de mon côté, et je suis très heureuse d'avoir pu vivre cette aventure d'affrontement de clans, d'ascension au pouvoir mais aussi éprise de liberté et d'amour vécu au grand jour (le rayon de soleil, mes amis, le rayon de soleil !). J'en ai eu le c½ur qui battait tout fort dans ma poitrine, les paumes moites (ça, ce n'est pas une nouveauté chez moi, en même temps #instantglamour), et l'esprit embrouillé de nappes de confusion, qui ont fini par s'évaporer au fur et à mesure que la lumière se faisait sur les événements et les sentiments des divers personnages. Je remercie du fond du coeur Irena Brignull, et Gallimard Jeunesse pour la traduction en français, de m'avoir permis de m'évader dans cet univers magique et aussi fascinant que dangereux, et de vivre cette histoire unique et hors du temps. C'est le c½ur à la fois lourd et serein (#narmol) que je tourne une autre page de ma propre histoire avec la littérature...

Nanette

PS : Je me rends seulement compte (un an après, il m'a fallu du temps pour me réveiller) que même Laini Taylor (l'autrice incroyable, extraordinaire, fantastique du Faiseur de Rêves) avait encensé cette duologie. Alors, qu'est-ce que vous attendez pour foncer vous aussi ?

FICHE LECTURE : Les Sorcières du clan du Nord ~ T2 : La reine captive


COUP DE FOUDRE ϟ
Gravé à tout jamais dans la pierre de prophétie des sorcières !

✓ - Un mélange d'histoire survenue de la nuit des temps et de conte moderne absolument exquis
- Un mix aussi d'espoir transcendant et de dangerosité et de noirceur tout aussi délicieux
- Des personnages qui vous font trembler de tous vos membres ou qui vous inspirent une vive compassion : en clair, des personnages plein de vie et qui vous font vibrer


✗ - La cruauté des sorcières. Bouuuuuh, vilaines !!!
- La naïveté assez stupide des plus jeunes du clan aussi face à la société humaine, façon Wonder Woman, l'humour en moins. C'est le côté enfantin du roman qui ressort, mais bon je chipote, il faut savoir l'avouer

"“Come on,” she said. “These candles, this celebration, are for us. We have turned seventeen this winter. Not her. It is us who will be yoking for the first time tomorrow.”

“It is our night,” Charlock admitted, gazing out at the candles they had lit. She felt a sudden shiver of nerves and the flames seemed to flicker in response. “Do you ever doubt it though?” she whispered. “That we are ready?”

Betony didn't hesitate. “I want an adventure, Charlock. I want to see something new.”"

Tags : Fiche Lecture - service de presse - Gallimard Jeunesse - Les sorcières du clan du Nord - Tome 2 ♥ - Duologie - La Reine captive - Irena Brignull - Littérature britannique - 2018 - Fantastique - Amour - amitié - sorcières - forêt - vie urbaine - paranormal - passé - séquelles - traumatisme - souffrance - douleur - déchirement - révélation - drame - deuil - envol - liberté - pouvoirs - fantômes - prophétie - maternité - secret - destinée - rivalité entre clans - quête identitaire - magie - société matriarcale - traditions - fardeau - possession - Coup de foudre ♥

Bilan du mois de mai 15/06/2018

Livres lus/en cours de lecture

Bilan du mois de mai


Achats du mois

Bilan du mois de mai


Réceptions du mois (SP, concours...)

Bilan du mois de mai


Films du mois

Bilan du mois de mai


Séries/programmes TV du mois

Bilan du mois de mai


Musiques du mois





Articles postés sur le blog durant le mois :

- Bilan du mois d'avril
- La Faucheuse
- TAG : Sauveur & Co
- Éclat(s) d'âme
- One Punch-Man ϟ


Et vous alors ? Quels ont été vos petits plaisirs du mois ? Dites-moi tout !

Tags : Bilan du Mois - Avril - Livres ♥ - Lectures du mois - Films du mois - Séries du mois - Musiques du mois - Réceptions du mois - Achats du mois

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges 30/04/2018

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges


• TITRE VO : Renegades.
• AUTRICE : Marissa Meyer.
• ANNÉE : 2017 (USA) ; 2018 (FRANCE).
• GENRE (S) : Science-fiction, dystopie, YA.
• THÈMES : Super-héros, pouvoirs surnaturels, univers futuriste, aventure, action, danger, mystères, angoisse, sang, violence, méchants, complots, honorabilité, menaces, rivalité, confrontation, justice, valeurs, apprentissage, maturité, amitié, ambition, pièges, stratégie, secrets, s'endurcir, vengeance, duels, oppression, remise en question, sentiments naissants, suspense, meurtres, guerre...
• PAGES : 603.

Audacieux. Courageux. Impartial.
Serez-vous capable de devenir un héros ?

Il y a plus de dix ans, les Renégats, un groupe d'hommes et de femmes détenteurs de pouvoirs surhumains, ont vaincu les super-vilains.
Ils font désormais régner la paix et la justice. Cependant les super-vilains n'ont pas disparu... Parmi eux, Nova, qui continue à lutter contre les Renégats, responsables de la mort de sa famille.
Prête à tout, elle infiltre leur repaire. Mais lorsqu'elle se lie d'amitié avec le fils adoptif des deux principaux Renégats, ses certitudes vacillent...

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges


ஜ MON AVIS : Do you have what it takes ?

Tout d'abord, un grand merci aux éditions Pocket Jeunesse pour le merveilleux concours Marissa Meyer qu'ils ont organisé. Cela fut une belle consolation, vu que je n'avais pas pu me rendre à Livre Paris pour rencontrer l'une de mes auteurs chouchoutes, alias Queen Marissa. Donc un énorme merci à PKJ, j'ai été comblée par ce lot incroyable qu'est ce fantastique roman et les superbes goodies à son effigie et à celui de la saga d'ores et déjà mythique des Chroniques Lunaires. Juste merci, merci, merci !

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges


J'avais tellement hâte de me jeter sur ce nouveau bébé signé Marissa Meyer. Déjà parce que tous les livres de cette dernière sont des valeurs sûres. Ensuit parce que ce premier tome d'une duologie (tiens, ça, c'est déjà un bon point), in the end trilogie à ce qu'on m'a soufflé dans l'oreillette (c'est bien aussi les trilogies, on fait durer le plaisir, miam), inédite n'est pas issue de la lignée ô combien extraordinaire des réécritures de contes à laquelle notre virtuose Marissa nous a habitués. J'étais impatiente de découvrir si ce roman à la pure sauce sci-fi allait être à la hauteur de l'excellence de Marissa. A quoi cela servait-il de douter ne serait-ce qu'une seule seconde, je vous le demande. La main de maître a pondu une autre pépite. J'ai été SUB-JU-GUÉE par cet univers ultra-futuriste qui a pu naître grâce au soulèvement des Prodiges, des citoyens dotés de super-pouvoirs (j'ai l'impression de parler des Super Nanas là, lol - mais ils sont tout aussi stylés alors...) face à l'injustice des institutions corrompues. Il en a également résulté la scission des dits Prodiges en deux clans bien opposés, qui veulent la même chose mais en ne l'obtenant pas de la même manière.

Mon magnifique exemplaire dédicacé (laissez moi fangirler un peu s'il vous plaît *kiyaaaah* Voilà, c'est bon...) était accompagné de deux badges représentant chacune des teams. Autant vous dire que j'arbore fièrement celui des Renégats ! Certes, leur système de protection de la population a bien des failles, mais ils font véritablement de leur mieux dans une situation qui est bien galère. Et puis eux, au moins, ont un code d'honneur. Entre équipiers, ils ne se font pas des coups de p**** (Ça, c'est dit !) Enfin, on ne compte pas l'équipe de débiles de Freezer ou je ne sais plus quoi. Des brutes épaisses à la méchanceté gratuite et à l'égo surdimensionné, je ne sais pas ce que ça fait chez la crème de la crème que sont les Renégats. Je les renie, sans vergogne. Nah.

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges


Honnêtement, les Renégats ont tout mon respect et ils méritent la vénération qu'on leur octroie, même si cela peut sembler un peu exagéré. L'être humain est connu pour sa décadence, que voulez-vous... Comme je vous le disais, au sein de mes Renégats d'amour, certains de leurs éléments donnent envie de les gifler pour leur stupidité crasse. Heureusement, ils vont bien se faire remettre à leur place, et par ce que j'appelle la classe infinie. Mais ne définissons pas une élite de super-héros badass et carrément déments à partir de quelques mauvaises herbes, car le gang des Prodiges en compte de jolies pépites pour compenser ce manque de désherbant (POH.POH.POH !)

« Sans peur, il n'y a pas de courage. »

A commencer par Adrian, fils adoptif de deux des plus grands renégats de l'Histoire, le Capitaine Chromium et le Gardien de la Peur. Ouais, un couple GAY chez les super-héros, c'est canon ! Déjà, le pouvoir d'Adrian est juste de la mort qui tue : tout ce qu'il dessine prend vie et marche (pas avec des pattes hein). De quoi se dessiner des armes et des pouvoirs du feu de Dieu tranquille pépère. Son talent va être lié à son grand secret, j'en dis pas plus... Mais surtout, Adrian, c'est un type bourré de charisme, au c½ur d'or, et qui a la véritable âme d'un héros ! Il me fait craquer comme c'est pas permis, je veux un coéquipier comme lui Avec un Oscar/Smokescreen et une Ruby/Tueuse rouge en accompagnement, please ! Ce trio est juste tellement fun, drôle, dynamique et attachant. La voilà, ma dream team, ma vraie team !

Le seul petit défaut que je pourrais trouver à Adrianounet, c'est qu'il est pas très perspicace concernant son crush... Je sais, je sais, l'amour rend aveugle. Mais quand même pas à ce point. D'ailleurs, il est loin d'être le seul à n'y voir que du feu. Autant Nova est une combattante hors-pair, redoublant d'efforts et de toujours plus d'ingéniosité, comme j'en ai peu vues, la fille est sincèrement juste WAW (on comprend aisément qu'Adrian-chou en soit complètement gaga). Mais alors, niveau agent double/infiltré, elle craint. Il y a un moment où elle se retrouve face à un détenu des Renégats qui est un de ses collègues anarchistes, qui a été incarcéré avant l'infiltration de Nova au sein du repaire renégat donc il n'est pas du tout au courant du plan le mec, et j'en ai éclaté de rire tellement Nova était grillée au niveau de sa couverture à ce moment-là. Et puis franchement, Nova chérie, tu es une petite novice (diantrement impressionnante, je te le concède) et tu poses déjà beaucoup trop de questions. Ton indiscrétion flagrante aurait dû te perdre dès le départ, et pourtant non. C'est sûrement le seul point négatif que j'ai à soulever concernant ce roman.

Cependant, même si elle fait une bien piètre espionne (apparemment, faut croire que non, vu qu'elle est toujours chez les Renégats, Nova n'en reste pas moins un personnage intéressant. Si son opinion envers les Renégats est assez peu amène au début du récit, le fait de se retrouver dans leurs chaussures une fois au sein de leur Q.G. va lui permettre de se rendre compte de leurs responsabilités, de voir les choses sous un autre angle. Nova a la lucidité d'esprit et l'intelligence de se remettre en question, sans pour autant approuver tout ce que les Renégats font. Par exemple, fragiliser les citoyens lambda en les rendant dépendants des héros et en les empêchant d'accomplir des actes héroïques du quotidien, d'aider la société à leur échelle. Bref, cette fille en a à revendre quand il s'agit d'améliorer la vie en communauté et rendre cela mieux pour tout le monde, avec chacun faisant des efforts et un geste considérable pour contribuer au bien être de la ville. Au fond, je pense que Nova a subi un bourrage de crâne de la part des Anarchistes depuis l'enfance et qu'elle reste avec eux plus sous l'effet de la menace d'un être en particulier qu'autre chose... Mais chuuuut ! En tout cas, j'ai adoré les liens que Nova tisse avec d'autres Renégats, que ce soit avec Adrian, qui la rend toute chose mais jamais elle n'avouera, non, non (c'est beaucoup trop meeeugnon), Oscar et Ruby, qui sont comme les meilleurs amis qu'elle n'a jamais eus (ça non plus, elle ne l'avouera pas, même sous la torture) ; ou encore avec Max, le petit frère adoptif phénoménal d'Adrian. Alors, ce gamin a un pouvoir colossal. Je pense que tout l'enjeu du second tome (qui ne sera pas le dernier comme je le pensais lorsque j'écrivais cette chronique, donc) reposera sur lui, et ça va grave envoyer du pâté, croyez en mon intuition. En même temps, ce gamin beaucoup trop choupinours me fait tellement de peine. Disons que, dans ce monde-là, certains parents n'acceptent pas la singularité exceptionnelle de leur progéniture, qu'ils voient comme étant monstrueuse. Je vous laisse imaginer comment ces véritables monstres s'en débarrassent. Ça me donne envie de vomir rien que d'y penser... Bref, c½ur sur Max ! P'tit bichoooon !

Au fond, Nova aussi a vécu une enfance traumatisante, d'une noirceur et d'une violence qu'aucun enfant ne devrait affronter. Forcément, elle s'est raccrochée comme à une bouée de sauvetage à la seule famille que la vie lui offrait alors : les Anarchistes. Si Honey m'a bien fait rire avec son attitude drama queen/queen Bee et si Winston m'a attendrie, quand bien même il soit une version creepy et dark du Chapelier Fou croisé avec un clown et Stromboli, Cyanide (je ne sais même plus si cela est son véritable nom de méchant) m'a fait ressentir pour lui une indifférence méprisante, tandis que Phobie a une aura de mystère sacrément flippante pour le coup et qu'Irene Thompson/Detonator est une psychopathe antipathique. Quelle team de choc : pas du tout fiables et aux stratagèmes complètement barges et foireux. Nova va l'apprendre à ses dépens...

« - Il est quoi, deux fois plus grand que toi ? fit observer Oscar. Et il doit peser trois fois plus lourd.
- Il n'est pas si impressionnant que ça, protesta Nova.
Oscar haussa les épaules.
- Oh moi je dis ça...Tu sais, je me demande si tu as bien choisi ton pseudo. " Insomnie", ça sonne trop neutre. Je vote pour le remplacer par "Velociraptor".
Ruby rit.
- Relativement petite, mais étonnamment féroce ?
- Exactement. Tout le monde est pour ? »

Quant à la fin de ce premier tome, autant vous dire que ce dénouement ne m'était jamais venu à l'esprit. I'M SHOOK GUYS, j'en suis tombée tout droit sur mes petites fesses. Quel cliffhanger de malade, c'est d'une cruauté absolue. Je suis censée attendre le tome deux comment moi ?!!!!

Nanette

« La possibilité du mal était partout, et qu'un plus grand nombre de citoyens choisisse le bien, l'héroïsme était la seule manière de le combattre.
Pas la paresse. Pas l'apathie. Pas l'indifférence. »

FICHE LECTURE : Le gang des prodiges


COUP DE FOUDRE DE LA FORCE DE CELUI DE THUNDERHEAD ϟ
Même Tsunami ne saurait éteindre mon amour ardent pour ce roman.

✓ - Pari réussi pour Marissa Meyer de nous immerger dans un univers entièrement de sci-fi. L'UNIVERS, BORDEL. Je suis fan I want to be a Renegade so badly !!
- Marissa Meyer, les gens. Ai-je besoin de me justifier ?


Nova, ma fifille, tu ne vaux pas un sou en tant qu'espionne. Je ne sais pas comment ils font pour ne pas te griller. Quoique... Si cela se produisait, il n'y aurait pas d'intrigue, suis-je bête !

« - Je dénombre aussi dix caméras de sécurité, deux extincteurs et cinq distributeurs, continua Nova, dont l'un ne propose que des sucreries, ce qui m'amène à m'interroger sur votre rapport à la diététique.
- Un point pour elle ! rugit Oscar. Attends d'avoir vu la cafétéria. On a un bar entier de macaronis au fromage !
Danna sourit. »

Tags : Fiche Lecture - pocket jeunesse - le gang des prodiges - Marissa Meyer ♥ - 2018 - Science-fiction - dystopie - YA - Super-héros - pouvoirs surnaturels - univers futuriste - aventure - action - danger - mystères - angoisse - sang - violence - méchants - complots - honorabilité - menaces - rivalité - confrontation - justice - valeurs - apprentissage - maturité - amitié - ambition - pièges - stratégie - secrets - s'endurcir - vengeance - duels - oppression - remise en question - sentiments naissants - suspense - meurtres - guerre - Coup de foudre ♥