• 8280 visits
  • 76 articles
  • 1938 hearts
  • 12515 comments

Introducing me ~♪ 22/07/2016

Introducing me ~♪


« Si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il aura un immense avantage dans la vie. »
- Roald Dahl

WELCOME IN A WORLD OF MY OWN ! ~

NEWSLETTER~ MON WEHEARTIT~ MON LIVRADDICT~ MON BOOKNODE~ MON CINENODE ~ MON INSTAGRAM ~ MON TWITTER

___________________
Introducing me ~♪
Introducing me ~♪
Introducing me ~♪


Merci à DisneyAnimated pour ces superbes avatars ! Vous pouvez participer à ses loteries ici ! ♥

WHAT ABOUT THIS BLOG ?

Bienvenue mes chers amis sur le blog Lunartic, géré par... votre dévouée Nanette ! (merci à ma Junie de m'avoir trouvée ce surnom affectueux). Ça, c'est mon surnom, parce-qu'on ne fait pas de chichis entre nous.

Depuis que je suis haute comme trois pommes, je suis passionnée de lecture et je me souviens qu'avant même que mes petits camarades de classe et de centre aéré sachent lire, c'était moi qui leur lisais et inventais des histoires dans lesquelles nous étions tous les héros.

Cet amour inconditionnel du livre s'est concrétisé définitivement à l'âge de sept ans, avec ma découverte de Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl. Après ce grand classique de la littérature pour enfants, bien des livres sont passés entre mains. Qu'ils m'appartiennent ou soient prêtés par ma bibliothèque municipale adorée, je les chéris tous comme s'ils étaient mes enfants.

Des enfants d'encre et de papier, soit, mais mes petits bambins d'amour quand même. J'en arrive à l'âge de dix-neuf ans (le temps passe si vite) et je me dis que cette passion ne me quittera jamais désormais, elle me colle trop à la peau.

Ma maman me répète toujours qu'avoir une passion est une bénédiction, une étincelle dans notre c½ur qui nous donne la force d'avancer, de croire en nous et de garder l'espoir, et que peu de gens en sont véritablement pourvus.

Dans tous les cas, je me sens extrêmement chanceuse d'avoir ma passion car elle me fait sentir spéciale et je la rends spéciale en retour en lui accordant tant d'importance et en la faisant luire comme un diamant précieux. Je vous souhaite ainsi la bienvenue sur ce blog consacré pour l'essentiel à mes chroniques livresques.

J'essayerai au mieux de vous convaincre d'embarquer dans de belles aventures littéraires que j'ai testées au préalable rien que pour vous. Alors, parés au décollage ?
 
↓ Musique(s) du moment



↑ De quoi s'ambiancer et mettre du soleil dans mon hiver

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle. La beauté est un enchantement qui transforme l'existence. Nul ne peut vivre dans le vide. »
- Jean d'Ormesson

↓ Ma lecture du moment :

Introducing me ~♪


↓ Je fais des partenariats (SP) avec :

Gallimard Jeunesse ; Nathan ; Sarbacane ; Tallandier ; Akata ; Robert Laffont ; Persée ; Grasset ; L'Archipel ; Syros ; Gope éditions ;...

Introducing me ~♪


Montage : DressingCute ; habillage : WhiteLioness ; avatar et et gif d'introduction : la-belle-magie-de-disney ; gif ci-dessous : MxSelena-Gomez.

Introducing me ~♪


Gianluca vous souhaite lui aussi la bienvenue sur le blog... et avec son sourire angélique ! :)

La petite info du moment : Les éditions Grasset organisent actuellement un concours pour gagner le nouveau livre de J.K. Rowling intitulé La meilleure des vies. Notre magicienne des mots préférée y délivre un message de sagesse, humble et créatif, répondant à la question assez épineuse qui a de quoi nous tracasser la tête : « Qu'est-ce qu'une vie réussie ? » Si vous souhaitez participer, rien de plus simple, c'est par là qu'il faut aller : http://www.grasset.fr/concours-jk-rowling# ;)

« Don't grow up, it's a trap. »

Tags : Article d'intro

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. » 12/10/2017

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »


/!\ CETTE CHRONIQUE PORTE SUR L'ENSEMBLE DE LA SAISON 2 /!\

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
Je ne m'attarderai pas trop sur mon ressenti concernant cette S2 tant attendue. Je dirais juste que ce fut la saison des surprises. Bonnes comme mauvaises. La plus agréable d'entre toutes fut certainement celle qu'a incarné le personnage de Juliana. Moi qui pensais qu'elle allait devenir le grand antagoniste de cette saison deux, je n'ai jamais été autant ravie de me tromper et d'avoir mal jugé quelqu'un. Juliana est une femme forte, au lourd passif, elle peut se montrer dure mais elle est toujours juste et tout le soutien, les bons conseils qu'elle a apporté à son équipe, qu'elle aime profondément, c'est précieux et formidable. Tout comme elle l'est elle même. Plus discrète, Delfina aussi, après un mauvais démarrage concernant Pedro, a su clairement de détacher d'Ambre et de son influence, et se montrer honnête et intègre envers ses amis. Ça c'est ma fille, je suis si fière d'elle ! En revanche, ma plus grosse déception, et de loin, fut...

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
... mon chouchou Matteo. Autant vous dire qu'il était carrément à côté de la plaque pendant presque toute la saison ! Heureusement qu'il se réveille lors du season finale, parce qu'il a un sacré paquet de bourdes à rattraper dans la saison 3, je l'attends au tournant là ! Entre le début de la S2 où il prend de la distance avec notre Luna parce qu'il se retrouve coincé dans ses projets d'études à Oxford, qu'il ne désire pas accomplir, et la fin où il n'a jamais autant été le Melon que Luna lui reprochait d'être lors de leur rencontre, en traitant au passage cette dernière comme un chien en fixant une fixette sur sa prétendue "carrière", avec un crétin fini de manager comme Bruno, ça ne pouvait que mal tourner, la coupe était pleine ! Même le court instant de mid-seasonLutteo s'était enfin formé n'a pas su calmer mon courroux. Ce ship a perdu toute sa magie à mes yeux, et je n'aurais jamais cru dire ça un jour...

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
... mais je préfère désormais Simon à Matteo ! C'est le monde à l'envers ! En effet, l'attitude exécrable de Matteo aura servi de repoussoir cette saison pour mettre en avant à quel point Simon est un garçon merveilleux. Moi qui ne le voyais que comme un obstacle à Lutteo dans la S1, c'était bien stupide de ma part. Simon est un garçon qui serait prêt à tout pour Luna, qui ne l'abandonne jamais, toujours là pour elle, pour l'écouter, l'épauler, pour lui apporter cette présence qui se passe de mots. Et la façon dont il la regarde, avec tant de tendresse et d'amour inconditionnel dans ses beaux yeux... Tout le monde mérite d'être regardé comme ça. C'est simple, si je rencontrais Simon dans la vraie vie, il deviendrait mon boyfriend direct, je tomberais instantanément amoureuse. Le c½ur a ses raisons que la raison ignore, que voulez-vous... La seule chose que je pourrais reprocher à Simon, c'est son manque de perspicacité face à Jazmin. La pauvre est en train de se consumer d'amour dès qu'elle lui parle et il ne réagit pas ! Si il pouvait au moins lui faire cesser d'espérer inutilement, ce serait gentil ! D'ailleurs, en parlant de Jazmin, j'ai été contente de la voir mise plus en avant lors de cette saison. Elle est le bout-en-train de la bande et elle fait vraiment bien son job, elle m'a fait mourir de rire ! Mais lors des répétitions de la compétition, son cerveau était particulièrement en mode off. Au moins, elle a apporté la solution à sa boulette...

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
Bref, je suis à présent surexcitée à l'idée de visionner la saison 3, la dernière. Malgré le fait que l'intrigue avance à chaque fois à la lenteur d'un escargot et qu'on peut zapper plein d'épisodes sans problème, cette série va énormément me manquer quand elle sera finie. Mais avant de penser aux mauvaises choses, je suis impatiente de voir Luna pleinement s'assumer en tant que Sol Benson, vivre un peu plus paisiblement ses retrouvailles avec son grand-père si adorable, et l'amour Lumon éclore car il me semble évident, si naturel et puissant. Il m'a vraiment ébloui à la fin de la S2 et il serait temps que Luna s'en rende compte elle aussi. Et puis, c'est toujours un tel bonheur de retrouver la joyeuse équipe du Jam & Roller, tous ces personnages formidables (minus Gaston, laissez moi pleurer), unis par une amitié et une passion qui m'émeuvent et qui m'exaltent ! Cette saison qui s'annonce aura cependant son lot de danger, avec ce minable de Gary qui va prendre les rênes de l'entraînement de l'équipe et la menace Ambre qui plane sur Luna/Sol et son héritage telle une épée de Damoclès. On ne sera pas au bout de nos peines, c'est certain ! But I'm ready as can be !

Et voilà, c'est une seconde saison riche en émotions et en rebondissements qui s'est achevée, et elle a su elle aussi faire le grand show ! Que je vais au passage pouvoir aller contempler en vrai à Paris dans un mois et quelque ! Le temps passe si vite et le Soy Luna Live vient bientôt débarquer dans notre beau pays, cocorico ! Ça se lit entre les lignes que je suis sur un petit nuage ou pas ? Je vous ferai bien entendu une review sur ce concert inoubliable, kiyaaaaa !

↓ Qui dit deux parties de saison, dit deux albums au top !

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
Siempre Juntos - Karol Sevilla ★★★★★
Alzo Mi Bandera - Roller band ★★★★
La Vida es un Sueño - Karol Sevilla
Fush, ¡Te Vas! - Katja Martinez
¿Cómo Me Ves? - Valentina Zenere ★★★★
Mitad y Mitad - Carolina Kopelioff, Agustin Bernasconi ★★★★★
Valiente - Soy Luna Cast ★★★★
Honey Funny - Chiara Parravicini, Ana Jara & Jorge Lopez ★★★()★
Linda - Roller band ★★★★
Cuenta Conmigo - Soy Luna Cast ★★★()★
Vives en Mí - Karol Sevilla & Ruggero Pasquarelli
I've got a Feeling - Karol Sevilla, Ruggero Pasquarelli, Roller Band, Valentina Zenere, Chiara Parravicini ϟ
Princesa - Ruggero Pasquarelli ★★★()★
+ : Ya No Hay Nadie Que Nos Pare - Tini ; Thumbs - Sabrina Carpenter.

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »
Footloose - Soy Luna Cast ★★★★
Sólo Para Ti - Karol Sevilla
Catch Me If You Can - Valentina Zenere ★★★★
Pienso - Roller band ★★★★★
Andaremos - Karol Sevilla & Michael Ronda ★★★★★
Allá Voy - Ruggero Pasquarelli ★★★★★
No Te Pido Mucho - Karol Sevilla ★★★★
Stranger - Ruggero Pasquarelli ϟ
Aquí Estoy - Ruggero Pasquarelli & Agustin Bernasconi ϟ
Yes, I Do - Chiara Parravicini ★★★()★
Yo Quisiera - Michael Ronda ϟ CRUSH ULTIME
Siempre Juntos - Soy Luna Cast ★★★★()

« Avec toi, je peux sentir la magie de la lune et la chaleur du soleil. »

Tags : Soy Luna ♥ - Séries TV - Telenovela - Disney Channel Argentine - Disney ♥ - Saison 2 - Musique - Roller - Danse - Compétitions - Secrets de famille - Adolescence - Amour - Amitié - Apprentissage - Vérité - Rebondissements

FICHE LECTURE : Les Chroniques de Zi ~ Tome 1 : Phelan 12/01/2018



• AUTEUR : Jean-François Chabas.
• ANNÉE : 2018 (FRANCE).
• GENRE (S) : Jeunesse.
• THÈMES : Fantasy, aventure, contes de fées, magie, sortilèges, monstres, guerre, combats, mystère, initiation, apprentissage, grandir, amitié, famille, amour, galanterie, royaume, village, fantasy médiévale, sorcellerie, prince, princesse, légende, histoires d'autrefois, voyous...
• PAGES : 224.

Dès 11 ans - 15,95¤.

Au royaume des Mille Lacs, une sorcière enlève le bébé princier. Elle s'apprête à le dévorer, quand, soudain, l'enfant l'interpelle...

Bien des années après, dans un village, Phelan, un adolescent expert au maniement de l'épée, tombe amoureux fou de la farouche princesse Nara. Il lui a suffi de l'apercevoir, alors qu'elle venait visiter les Mille Lacs depuis son lointain royaume des Trois Vagues. Or, le cheval de la princesse s'est emballé et l'a entraînée dans les Monts Jaunes, à la merci de l'Ogre qui y règne... Personne n'est jamais ressorti vivant de ces montagnes.
Mais Phelan ne peut abandonner l'amour de sa vie. Il se met en route pour sauver la princesse, accompagné de son meilleur ami Turi, aux cheveux bleus, dont la force n'a d'égale que la susceptibilité. Avant même d'atteindre les Monts Jaunes, leur route est truffée d'obstacles et de rencontres plus inquiétantes les unes que les autres.
Sans compter que, sur leur chemin, plane l'ombre d'une mystérieuse sorcière...

L'AUTEUR : Jean-François Chabas a écrit de nombreux romans chez Didier Jeunesse, Casterman et L'école des Loisirs, mais aussi chez Gallimard : Les Secrets de Faith Green (Prix des Incos 1998-1999), Aurélien Malte, Le Lutin du Cabinet noir, Les fourmis rouges, La loi du Phajaan... Plusieurs de ses romans font partie de la liste de l'Education Nationale. Son goût pour les voyages, la nature et l'ailleurs se retrouve dans ses romans, comme autant d'influences qui les nourrissent. Les Chroniques de Zi, sa première collaboration avec Nathan, n'y échappent pas.

ஜ MON AVIS : Il était une fois, dans un royaume fort, fort lointain...

Tout d'abord, un IMMENSE merci aux éditions Nathan de m'avoir fait cette jolie petite surprise la semaine juste avant Noël. C'est avec une grande joie et stupéfaction que j'ai reçu ce colis de rentrée littéraire hivernale 2018 trop choupinou ! Ce qui fait que j'ai pu lire un roman de 2018, mon premier paru en cette année, mais en 2017, la grande classe de lire un roman du futur (proche, mais bon ça c'est pas grave). Et justement, en parlant de ça, je me rends compte que je vous parle de cette lecture faite en avant-première pile au bon moment, vu que ce roman tout beau tout nouveau, avec cette couverture dans les tons rouges, à la fois sombres et doux, lumineux, qui me fait rêver, est sorti hier (11 janvier 2018) ! Quel timing parfait, je m'épate ! Et ce n'est pas juste parce que c'est un "cadeau" que j'ai eu le privilège de recevoir que je vous dis ça,-mais n'hésitez pas à vous précipiter dessus si vous le voyez en librairie !!

En effet, si, comme moi, vous aimez quand on titille votre imagination et vos souvenirs de bonnes saveurs d'enfance, de légendes venant du plus profond des âges, de créatures terrifiantes gardant des montagnes majestueuses et solitaires, de vaillant chevalier partant à l'aventure, sans peur et sans reproche (enfin, ça se discute), dans le but de sauver la veuve et l'orphelin (pardon, ça n'a rien à voir mais j'avais trop envie d'utiliser cette expression), avec sur son chemin escarpé des forêts maléfiques et dont émanent une vie propre et vibrante de chaque être et élément, des bandits des quatre chemins qui n'auront aucun scrupule à vous tailler en pièces pour votre argent et pour le plaisir d'être pourris jusqu'à la moelle, et des sorcières impressionnantes et ancestrales qui laissent échapper leur magie menaçante et remplie de haine et de ranc½ur, alors ce roman est fait pour vous ! Ce début de saga aura su me mettre bien l'eau à la bouche avec une sorcière mangeuse de petits enfants et maléfique des pieds à la tête, mais qui néanmoins inspire le respect et la crainte (le mélange des deux,-on appelle ça l'admiration Anaïs), qui ouvre ce bal tumultueux et féerique, digne des contes de fées de ma plus tendre enfance et de cet enchantement provenant du genre Fantasy qui m'a toujours séduite et fait succomber, puis on continue des années plus tard en se focalisant sur le jeune et brave Phelan, un garçon fort sympathique au demeurant, dont l'amitié avec le tout feu tout flammes (bleues) Turi est touchante, drôle et amusante, qui n'aspire qu'à devenir un homme accompli, vertueux, qui rende fier sa magnifique et adorée mère, Venetia, ainsi que son respectable beau-père, Elgin, qui en a vu des vertes et des pas mûres à la guerre.

Bref, comment vous dire que je me suis immédiatement attachée à Phelan, qu'il m'a convaincue d'emblée d'embarquer dans son aventure insensée, lui qui n'a jamais eu de grands périls à affronter, malgré son aptitude au combat de cape et d'épée ? Et pourtant, j'ai tout de suite cru en lui, en sa foi et sa conviction inébranlable de pouvoir sauver la jeune princesse qui a su capturer ses sentiments et dompter son c½ur insouciant. Un coup de foudre galant et chevaleresque comme je les aime, grâce auquel Phelan va décider de maîtriser son destin et de l'embrasser, quitte à se jeter dans la gueule du loup (ou devrais-je dire de l'ogre). Si vous avez peur de lever les yeux au ciel à cause de cette histoire d'amour arriérée et symbolique de l'idéal du Moyen Age et de Chrétien de Troyes, n'ayez crainte mes bons compagnons, que nenni dans cette aventure rocambolesque que nous offre à vivre Jean-François Chabas. Au premier abord, l'aspiration et la détermination de Phelan à sauver cette gente dame en détresse dont il ne se sent pas digne, en tant qu'humble artisan, peuvent sembler fort innocentes et irréfléchies. Cependant, ce n'est pas que pour les beaux yeux de la sublime héritière que Phelan désire lui porter secours, c'est avant tout par altruisme : c'est son devoir humain de délivrer et de porter assistance à autrui, de n'abandonner personne à quelque danger que ce soit, de se montrer bon et généreux, de donner de sa personne à l'autre, tout simplement. C'est un message puissant passé à la jeunesse,-et je suis bien heureuse que l'auteur l'ait fait.

A petit livre, petite chronique car, effectivement, ce premier tome ne fait que deux cent pages et quelques. Néanmoins, pour ce début de saga, je trouve justement cela parfait car tous les éléments du fantastique, du merveilleux, de l'action et du mystère sont vraiment bien dosés et nous procure juste ce qu'il faut pour devenir accro et avoir envie de savoir la suite, de voir cette épopée incroyable à travers les yeux d'autres personnages d'ores et déjà phares de cette saga littéraire, telle que la bravache princesse Nara par exemple (annoncée héroïne du tome deux par ailleurs), dont on se fait une esquisse d'idée que grâce au regard idéalisé et enamouraché de Phelan, non sans raison, j'en suis sûre ; mais aussi de s'immerger dans le point de vue du singulier et fidèle ami Turi, avec son adorable ânesse Neel, voire dans celui de cette sorcière si terrifiante... Il nous reste bien des confins à explorer et des énigmes à résoudre, à foison, autant du côté de la sorcière et de la vérité concernant l'issue du kidnapping du prince, que de celui de Phelan et du sort réservé à sa bien-aimée, qui risque d'être dévorée elle-aussi, ou bien encore de la véritable histoire du père défunt de ce dernier ou du maléfice de bégaiement du beau-père, qui recèlent encore de points sombres et floutés... En clair, Jean-François Chabas a encore plus d'un tour dans son sac grâce à cette saga qui s'annonce prometteuse et palpitante en tous points et je suis absolument ravie d'avoir pu découvrir sa plume fascinante et déjà renommée dans le monde de la littérature jeunesse, qui, je n'en doute pas, a déjà envoûté et donné le goût de la lecture à bien des enfants déjà depuis deux décennies, et ce n'est pas avec Les Chroniques de Zi que l'auteur s'arrêtera en si bon chemin, bien au contraire. Petits et grands ont de quoi être amplement satisfaits. COUP DE C¼UR ♥

... un garçon au c½ur pur et fort, prêt à se montrer digne de celle qu'il aime.

« - Pourquoi avez-vous décidé de me laisser aller ?
- P... parce que je t'aime autant que j'aime ma femme, Phelan. Parce que je te r... respecte, et que tu vas vers ton destin. »

Tags : Fiche Lecture - service de presse - éditions Nathan - rentrée littéraire hivernale - Les chroniques de Zi - Tome 1 ♥ - Phelan - Jean-François Chabas - Jeunesse - Fantasy - Aventure - contes de fées - magie - sortilèges - monstres - guerre - combats - mystère - initiation - apprentissage - grandir - amitié - famille - amour - galanterie - royaume - village - fantasy médiévale - sorcellerie - prince - princesse - légende - histoires d'autrefois - voyous - coup de coeur ♥

New Year book challenge ! ✨ ♡ 01/01/2018


Coucou mes petits amis ! Décidément, mon année 2018 sera sous le signe des défis littéraires, afin de pimenter un peu ma vie déjà palpitante de lectrice passionnée et vorace ! La superbe et géniale Ninon de la chaîne Booktube Les carnets d'Opalyne nous propose un merveilleux périple livresque ayant pour objectif de réduire notre PAL (y'a au moins ça qui maigrira lol), quoi de mieux comme bonne résolution pour commencer l'année ! Afin de mieux comprendre ce New Year Book Challenge, je vous invite à aller voir la vidéo de Ninon, qui explique tout cela à la perfection ici. Et sinon, pour découvrir les différentes conditions au fil des mois et ma petite sélection, c'est en-dessous que ça se passe !

Janvier : Découvre ou redécouvre un genre littéraire que tu n'as pas l'habitude de lire. → Robinson Crusoé, Daniel Defoe et Barracuda - I. Esclaves, Jean Dufaux, Jérémy.
Février : Fais-toi plaisir et dévore un livre de ton genre littéraire favori ! → Les Arcanes du temps, Lionel Behra.
Mars : Lis un livre engagé sur une cause / un mouvement qui te tient à coeur. → Mémoires d'une jeune fille rangée, Simone de Beauvoir.
Avril : Sors donc le plus vieux livre de ta PAL ! Il mérite d'être lu ce pauvre petit :)L'Assommoir, Emile Zola.
Mai : Termine une saga / trilogie / duologie qui sommeille dans ta PAL ! → Le Ver à Soie et La Carrière du Mal, Robert Galbraith.
Juin : Essaye de marathoner une saga complète cette année :D → (Re)lecture de mes différentes éditions d'Harry Potter.
Juillet : Plonge-toi dans les pages d'un bon gros pavé qui roupille encore dans ta PAL. → La Guerre et la Paix, Léon Tolstoï.
Août : Lis un livre de ta PAL qui t'a été recommandé par quelqu'un ! → The Curious Case of Benjamin Button and Tales of the Jazz Age, F. Scott Fitzgerald ; La terre des mensonges, Anne B. Ragde (Tête de Litote) ; Les Heures lointaines, Kate Morton (TwoFaceLizzie) ; Sensible, S.C. Stephens (Moody Take a Book).
Septembre : Il est temps de lire ce fameux livre que tu as acheté dès sa sortie mais qui dors encore dans ta PAL ! → L'Enfant de l'étranger, Alan Hollinghurst.
Octobre : Affronte le livre qui te fait le plus peur dans ta PAL ! → L'Empreinte de toute chose, Elizabeth Gilbert.
Novembre : Entame cette lecture que tu n'as toujours pas faite à cause de sa couverture ! → Les Mères, Alphonse Daudet.
Décembre : C'est le moment de sortir de ta PAL un bon vieux livre feel good. → Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours, Bilbo le Hobbit, J.R.R. Tolkien ; Everything, Everything, Nicola Yoon ; Le Monde de Narnia, tome 2 : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique, C.S.Lewis.

Tags : New year book challenge ♥ - 2018 - PAL - Carnets d'Opalyne

FICHE LECTURE : Trois filles en colère 29/12/2017



• AUTRICE : Isabelle Pandazopoulos.
• ANNÉE : 2017 (FRANCE).
• GENRE (S) : Epistolaire.
• THÈMES : Années 60, mai 68, vie quotidienne, correspondance, journal intime, journaux, Europe, tourbillon, rébellion, révolte, soulèvement, colère, rage, jeunesse, adolescence, premiers émois, féminité, place de la femme, dictature, injustice, combat, conflit, tourmente, amitié, amour, famille, tensions, trahison, génération d'après-guerre, reconstruction, rêve de liberté, espoir, secrets du passé, étouffement, oppression...
• PAGES : 336.

DES 14 ANS - 13,50¤.

MAI 68, C'ÉTAIT IL Y A CINQUANTE ANS. 1966, UN VENT DE RÉVOLTE COMMENCE A SOUFFLER SUR LE MONDE.

A Paris, Suzanne l'insoumise étouffe dans une famille bourgeoise qui n'attend que de la voir bien mariée.

A Berlin-Ouest, la timide Magda espère éperdument retrouver sa famille qui vit de l'autre côté du mur,
à l'Est.

Au même moment, dans une Grèce écrasée par la dictature, la farouche Cléomèna tente de gagner sa vie en faisant la servante alors qu'elle rêve d'université et de lecture sans fin.

Dans cette Europe meurtrie, elles ont un rêve commun : tracer leur chemin, découvrir l'amour et devenir des femmes libres.

L'AUTRICE : ISABELLE PANDAZOPOULOS est née en 1968 d'un père grec et d'une mère allemande. Devenue professeur de lettres, sans doute pour le plaisir de partager sa passion des livres et de la lecture, elle a toujours enseigné dans des zones dites difficiles avant de se spécialiser pour travailler auprès d'adolescents en grande difficulté puis d'élèves en situation de handicap mental. Depuis trois ans, formatrice à l'ESPE (Ecole supérieure du Professorat et de l'Education), elle consacre le reste de son temps à l'écriture et à l'animation de ses ateliers. Isabelle a trois enfants. Elle habite Paris, qu'elle aime à la folie mais pas autant que sa datcha du Bazois où elle écrit ses livres.

ஜ MON AVIS : ♫ C'est le temps de l'amour, le temps des beaux jours, et de l'aventure...

Tout d'abord, un grand et vif merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour leur gentillesse de m'avoir fait parvenir cet ouvrage aux couleurs bariolées et éclatantes, qui vous sautent aux yeux et qui se montrent féroces et imposantes, à l'image des trois jeunes femmes de cette histoire sur fond des années soixante, trois étudiantes qui se cherchent, qui ont leurs incertitudes et leurs angoisses mais aussi une vraie rage de lion. Etant très intéressée par cette période, qui me fascine au vu de son foisonnement culturel, ne serait-ce qu'au niveau musical, et surtout des tabous d'ordre sexuels et sociaux qu'elle a permis de mettre en avant par la suite, mais la connaissant au fond fort peu, il me tardait de me jeter sur cette oeuvre et de découvrir ce qu'elle avait à m'offrir. Je n'ai pas été déçue du voyage, qui m'a fait découvrir une autrice formidable ainsi que tout ce qui pouvait naître de génial de sa plume.

Pour commencer, j'ai énormément apprécié la forme épistolaire proposée par l'autrice, que je trouvais tout à fait appropriée. Cela permet dans un premier temps de plonger in medias res dans la vie des divers personnages, de se sentir au plus près d'eux et d'être comme des lecteurs privilégiés de leur courrier, comme si on lisait au-dessus de leur épaule, courrier qui révèle un bon nombre de choses en matière de la complexité de leur temps, de leurs sentiments introspectifs, de leurs craintes, de leur espoir, de leurs motivations, de leur appel à l'aide, de leurs relations avec autrui. On se sent au c½ur vibrant de ce récit mouvementé, loin d'être à bout de souffle, et décadent, aux premières loges, pile à la bonne place. Ensuite, cela offre au récit un champ multiple de points de vues, provenant de différentes générations, sexes, pays, époques, classes sociales. Cette pluralité de visions du monde est d'autant plus enrichissante et nous délivre un récit coloré, qui ne juge pas, qui écoute et qui retranscrit, tel un témoignage de la vie à brûle-pourpoint des personnages. A ce niveau-là, j'ai trouvé le récit intense, bien amené, pertinent et très intelligent à de nombreux niveaux. Cela démontre aussi une certaine force insufflée dans l'écriture de l'autrice, qui est lumineuse, vivace, documentée et passionnée. C'est comme si le livre menait sa vie propre tant il nous parle et nous agrippe, notamment par le biais de coupures de journaux, de couvertures de magazine, d'extraits de journaux intimes, de cartes postales, de photographies et de rapports authentiques des événements relatés et des lieux où ils se déroulent, qui viennent agrémenter un ouvrage au contenu déjà riche et dense, à la contextualisation parfaitement maîtrisée et réussie et à la dynamique impressionnante.

Un autre élément au niveau du travail d'Isabelle Pandazopoulos qui est remarquable et fabuleux, c'est le fait que ses trois héroïnes, "ses" trois filles faites de chair d'encre et de papier, sont originaires des trois pays qui ont marqué la vie de l'autrice. En effet, cette dernière est gréco-allemande dû aux origines de ses deux parents et son lieu d'adoption est la France, et plus précisément Paris, qui se trouve être la ville centrale de l'histoire. Ainsi, l'autrice nous fait vivre l'épopée de trois jeunes filles qui se retrouvent liées par les circonstances familiales, par le destin et par leurs idéaux tant politiques que sur leur existence même à travers une Europe qui peine à se reconstruire, à concilier les jeunes de la Seconde Guerre mondiale, désormais parents, leurs enfants nés de la vague déferlante du baby boom et même les grands-parents de ceux-ci, qui restent mutiques sur leurs éventuelles actions de collaboration... Secrets de famille seront au rendez-vous pour pimenter l'intrigue, sans pour autant en dénigrer le contenu historique et intellectuel, bien au contraire.

Ajoutez à cela que l'autrice est née en 1968, année charnière qui déchaînera les réformes pour une société moins sexiste, qui rend sa dignité aux femmes, qui laisse à la jeunesse sa chance de s'exprimer et qui est en faveur d'une Europe unie et solidaire (sur le papier du moins). Sans pour autant nous raconter une histoire qui aurait pu être exclusivement la sienne et celle de ses aïeux, l'autrice a préféré creuser ces pistes de son passé afin de nous livrer l'histoire rocambolesque d'un continent entier, multicolore et aux façons de penser parfois diamétralement opposées, qui nous laissent avec un paradoxe à l'ironie assez triste pour en pleurer. Il suffit de voir le traitement imposé à la population d'Allemagne de l'Est par les communistes, quand ceux de Grèce luttent pour la liberté tout court et contre la dictature. Tout ça dans l'objectif de montrer les fruits d'un travail de recherche épatant et vigoureux dans le but de mieux comprendre pour moins diviser et aller de l'avant cinquante ans après. Brillant. Je suis admirative.

Chacune des trois filles a le droit à sa part du lion et, même si Cléomèna arrive un peu plus tardivement, elle fait très vite son entrée en matière dans l'histoire et son sacré ramdam, tant amoureux que politique et en tant que femme qui a réchappé au pire, ne manque pas d'attirer notre attention. Suzanne est cependant l'héroïne parmi les trois qui m'aura laissée la plus forte impression, on ne peut pas l'oublier notre petite Suzanne. Née franco-allemande au sein d'une famille bourgeoise à première vue bien sous tous les rapports, la jeune femme à l'esprit libre et bouillonnant en a assez du confort étriqué de sa sublime demeure parisienne, auprès de parents qui jouent un rôle et qui l'étouffent et d'un frère qu'elle ne parvient pas à comprendre et inversement. Suzanne m'a beaucoup émue car, sous ses airs de jeune fille franchement trop spontanée qui cherche à être aimée et à s'intégrer à des groupes de personnes plus âgées et tapageuses, se cache une femme qui croque la vie à pleines dents, qui cherche à capturer l'essence même du monde, sa Beauté, sous ses formes multiples, qui veut s'accepter en tant que femme et se sentir bien dans sa peau, telle qu'elle est, sans pudeur et sans tabou. On ne peut que comprendre son mal-être dans cette société de pète-secs et de non-dits, où la moindre évocation de la sexualité est d'une grossièreté vulgaire, inutile et scandaleuse. Suzanne est prête à se battre pour ce qui la fait vibrer, l'amour, la passion de la vie et de la lumière du monde, sa force et son essence de femme. Elle n'a pas envie d'entrer dans le moule ou de diluer ses couleurs chatoyantes sous prétexte que les femmes doivent rester dans l'ombre. Elle m'a apportée une vigueur, une témérité et une confiance en moi incroyables.

Sa mère, la pétillante et superbe Isle qui a perdu de son éclat, m'a touchée en plein de c½ur de par sa vulnérabilité. Bafouée dans son droit de femme par un mari qui la trompe et qui se cache dans les jupes de sa mère, cherchant désespérément à atteindre et à discuter avec ses deux aînés qui ont été pris dans les feux de l'adolescence dégoûtée et révoltée, n'ayant pas choisi d'avoir son troisième enfant, le bébé Léon (qui n'a rien demandé, pauvre petit), dont elle a souffert de la grossesse et accouchée dans la douleur, Isle est a l'image de la femme-objet, qui n'a pas de libre-arbitre, pas de sexualité, qui doit constamment endurer l'autorité patriarcale et se soumettre, encore et toujours, sans quoi elle ne serait pas une femme convenable aux yeux de la société. La façon dont elle est traitée et ignorée m'a donné envie de vomir, et heureusement que des personnes comme le député Neuwirth ou Simone Veil se seront battues pour que les voix de ces femmes bafouées et traînées dans la boue soient entendues.

Magda, sa bien-aimée cousine, semble être plus timide et réservée mais, en réalité, elle aspire au même idéal de liberté, au droit d'oser jouer avec sa sexualité, de vivre d'amour et d'eau fraîche, de vivre pleinement, d'être vivante. Moins mémorable que son phénomène de cousine qu'elle aime si tendrement et dont elle est inséparable, leur amitié qui connaîtra certes des remous m'a profondément touchée tant elle est authentique de façon désarmante, les filles se confiant l'une à l'autre comme si elles étaient des livres ouverts. De plus, c'est grâce à Magda que le dénouement des langues aura lieu concernant un passé qui ne passe pas, celui de la collaboration et de ces grands-parents qui sont mystérieusement morts, sans que l'on sache pourquoi... Magda, c'est celle qui ne se contentera pas de ce qu'elle a, qui bravera les interdits, qui voudra savoir et comprendre ce funeste héritage de la guerre qui pèse encore les générations suivantes, qui n'en n'ont été ni actrices, ni responsables, et qui en souffrent des cuisantes conséquences, tel le Mur de la Honte qui va irrémédiablement changé la vie familiale de la famille de Magda et leur écoute les uns des autres, pour le meilleur comme pour le pire... Bref, le personnage de Magda a été plus intéressant pour moi de par le mécanisme qu'il permet de déclencher, pour ce qui est de l'éclatement des mémoires et l'éveil des consciences familiales concernant la guerre, aussi pour découvrir les deux pans du Mur funèbre, ainsi que pour sa relation avec Suzanne, plutôt que pour le personnage en soi. Néanmoins, il fallait qu'elle soit là.

Enfin, Cléomèna. Elle nous a offert le pan d'histoire le plus énigmatique pour moi et aussi le plus intéressant. Dans un premier temps, il s'agit d'une beauté grecque notre Cléomèna, à laquelle il ne faut pas se frotter de trop près. Sa famille est également redoutable pour ce qui est de la question de la Liberté, source de vie et de dignité humaine. J'ignorais pratiquement tout de la Grèce et de sa condition dans les années soixante, du fait que cette île regorgeant de trésors naturels et antiques, méritant toutes les louanges et l'émerveillement possibles, était sous le joug d'un fascisme qui se révèle être décidément increvable, grand amateur d'incarcération et aussi meurtrier. Tandis que son père a été tué pour avoir exprimer ses idées trop fort et de façon trop virulente, que son frère et sa mère sont emprisonnes, la vivacité d'esprit, quant à elle, ne va pas rester étouffée trop longtemps au service de ces riches Français exigeants et tyranniques séjournant en Grèce et reprochant à la jeune fille, portrait tout craché de son père vénéré et qui lui manque cruellement, tout ce qu'elle est en somme. A Paris, sous la protection de la famille de Suzanne, elle va pouvoir accéder à l'université, à ce droit précieux à l'éducation et à la culture, la richesse intellectuelle dont elle se nourrit, mais aussi, elle va se rendre compte qu'elle peut agir, lutter contre l'injustice et le désarroi qui manque souvent de la noyer, et hurler sa rage à la face du monde. Esprit fort et fragile à la fois, Cléomèna ébranle, émeut, suscite notre compassion et ne nous laisse pas de marbre. Impossible en effet d'éviter cette tornade tout droit débarquée de cette Grèce aux eaux turquoise et tremblotantes.

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller cet ouvrage, qui saura sensibiliser un lectorat à partir de la pré-adolescence. Pour une oeuvre jeunesse qui ouvre un jeune lectorat à cette conscience de la révolte, du combat de la liberté et d'une époque qui a encore des répercussions et sa raison d'être aujourd'hui, le pari de l'autrice de nous sensibiliser et de nous interroger sur la question de notre identité, de notre conscience politique, de nos valeurs fondamentales, de notre pouvoir en tant que peuple, du vivre ensemble et de l'Europe aux multiples facettes est réussi et m'a donné envie d'approfondir encore plus le sujet, de me plonger de nouveau dans les sixties et de laisser ces dernières me parler, me raconter leur vécu et leurs innovations tout comme leurs horreurs. En tout cas, Trois filles en colère a résonné dans mes oreilles tel un bon vieux rock de notre Jojo national des Yéyés de Salut les copains ! ou bien des gear Beatles et autres groupes qui swinguent de la British Invasion et je me suis laissée entraînée et emballée face à ce feu d'artifices qui explose de questions, de joie, de mots, d'insolence, d'un plaisir fou et contagieux ! Ce livre est comme une valise s'ouvrant sur un monde pluriel, déjà ancien et pourtant en pleine modernité, qui nous offre des reliques précieuses à voir, entendre, écouter, crier, sur lesquelles méditer et continuer l'avancée prodigieuse pour l'émancipation de la femme, le respect de ses droits et de ses décisions, le respect d'une jeunesse qui grandit et s'affirme aussi, l'égalité homme/femme, et la fondation d'un monde juste, tolérant et sans danger. Bon, c'est pas gagné mais ce livre m'a redonné ce regain d'énergie et d'insouciance de cette époque révolue et enchanteresse dans ses diverses nuances pour y croire, encore et toujours. Un livre qui trône fièrement dans ma bibliothèque, détonnant et vivifiant.

On s'en souvient... ♫

«Tu es en train de devenir une drôle de petite bonne femme ma Suzanne, tu sais. A la fois intrépide et joyeuse, et brusquement fragile et doutant de tout, et d'abord de toi-même. Moi, je sais, à te regarder grandir, que c'est aussi ta force, cette sensibilité singulière et ce regard étonné que tu poses sur le monde et sur les autres. »

Tags : Fiche lecture - trois filles en colère - service de presse - Gallimard Jeunesse - Scripto - Isabelle Pandazopoulos - 2017 - roman épistolaire - Années 60 - mai 68 - vie quotidienne - correspondance - journal intime - journaux - Europe - tourbillon - rébellion - révolte - soulèvement - colère - rage - jeunesse - adolescence - premiers émois - féminité - place de la femme - dictature - injustice - combat - conflit - tourmente - amitié - amour - famille - tensions - trahison - génération d'après-guerre - reconstruction - rêve de liberté - espoir - secrets du passé - étouffement - oppression

~ Le challenge spécial auteurs français 26/12/2017



Coucou mes amis ! Tout au long de l'année 2018 à venir, j'ai décidé de participer au challenge cocorico proposé par Chabouquine et Reader-For-Life et dont le principe est très simple : lire un livre par mois d'un auteur français différent. Avec ce concept qui met en avant les écrivains made in chez nous, je me suis rendue compte que j'avais beaucoup plus de livres écrits par des auteurs français qui croupissaient dans ma PAL que je ne le pensais, et il serait temps que je leur accorde l'attention qu'ils méritent ! Le challenge dure du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018, de quoi prendre son temps pour découvrir douze titres français qui en valent certainement la peine. N'hésitez pas à nous rejoindre si votre c½ur livresque bleu-blanc-rouge vous en dit !

Mes livres à lire :

Janvier : Ma reine, Jean-Baptiste Andrea
Février : Phobos 4, Victor Dixen
Mars : Le soleil sous la soie, Eric Marchal
Avril : Le Graal de l'inframonde, Vanessa & Diana Callico
Mai : Bakhita, Véronique Olmi
Juin : GRUPP, Yves Grevet
Juillet : Sissi, Jean des Cars
Août : L'instant précis où les destins s'entremêlent, Angélique Barbérat
Septembre : Lola, Catherine Hernany-Vieille
Octobre : Les Autresmondes de Tara Duncan ~ La Danse de la Licorne, Thomas Mariani
Novembre : Les choses, Georges Perec
Décembre : Parce que je t'aime, Guillaume Musso

Tags : Challenge spécial auteurs français ♥ - chabouquine - Reader-For-Life - challenge livresque - 2018